Les sentiments et la morale Vs la politique

C’est la merde les enfants, ne nous voilons pas la face. Le fond de l’air sent la charogne, et désormais on en est plus à se demander “si” le Front National arrivera au pouvoir, mais : quand. Dans 2 mois. Ou en 2022, ou même avant. Mais inutile de continuer à se voiler la face, il y parviendra, ou alors si on tient vraiment à se rassurer, la dynamique à l’oeuvre est telle, le risque est tellement réel, qu’il faut déjà se préparer à cette lourde éventualité.

Nous n’allons pas vers le meilleur et ça fait longtemps qu’on l’a compris. Mais là, ça commence vraiment à se voir.

Mais ce n’est pas une raison pour raconter n’importe quoi. Comme par exemple : ce texte. Ce n’est pas ce que j’ai pu lire de plus stupide cette semaine, étant obligé pour raisons professionnelles à lire de stupéfiantes quantités d’imbécillités. Mais c’est néanmoins l’une des choses les plus stupides que j’ai lu cette semaine. Le titre, déjà. “Ce n’est pas le Front national qu’il faut diaboliser, ce sont ses électeurs”. I mean, why not both ? Parce qu’on parle tout de même d’une organisation politique fasciste, raciste, et xénophobe. On serait donc légitimement en droit de la diaboliser ou plutôt de le rediaboliser d’urgence, mais bon, ses électeurs, donc. Très bien. Et comment donc d’ailleurs ?

J’aimerais qu’une fois, une seule fois, un responsable politique vienne dire à l’électeur du Front national tout le dégoût qu’il lui inspire. Qu’il lui dise, les yeux dans les yeux, avec toute l’éloquence dont il est parfois capable, que non seulement il se fourvoie en votant de la sorte mais qu’il commet un crime de haute-trahison, une de ses petites lâchetés dont ses enfants et petits-enfants continueront d’avoir honte longtemps après sa disparition.

Là, désolé, mais j’ai éclaté de rire. Un vrai rire, avec la bouche ouverte en faisant ah ah ah. Des gens croient donc vraiment que ça puisse avoir le moindre effet sur un quidam lambda ?

Et ça continue en plus.

Il est grand temps de mettre cet angelot devant ses responsabilités, d’en revenir à des notions aussi désuètes mais aussi essentielles que celles du bien et du mal, abandonner le terrain du sentiment pour celui de la morale

La morale. La morale en politique en 2017. Ah ah ah. Mec, soyons un peu sérieux. Le candidat de la droite (corrompue) vient hier de maintenir sa candidature alors qu’il est à deux doigt de visiter Fleury-Mérogis. Autant te dire que le personnel politique il s’en bat les steaks de la “morale” et de la plus élémentaire décence. Quand ceux “d’en haut” ne montrent pas l’exemple, espérer que ceux “d’en bas” vont suivre est allez on va dire d’une désarmante candeur.

“Il faut tendre à cet électeur-là le miroir de sa propre abjection afin de l’empêcher de commettre l’irréparable”

Oui c’est sûr, choper les gens par le colbak en les traitant de salopards et de fumiers, c’est sûr que ça va les faire changer d’avis. C’est comme ça que ça marche. Fin psychologue, ce garçon décidément.

“il faut arriver à pénétrer au plus profond de son esprit afin de lui donner une dernière chance de se ressaisir”

Ce paternalisme est délicieux. ATTENTION, DERNIÈRE CHANCE ! Et si il ne la saisit pas il se passera…quoi ? Une sanction, on le met au coin, quoi ?

“il faut parvenir à ce que sa conscience s’extraie de sa boue nationaliste, de sa folie identitaire, de sa tentation totalitaire et, effrayée de sa propre folie, retrouve in extremis le chemin de la raison”

Ok mais c’est quoi, la raison en question ? Je veux dire, tout ça est fort bel et bon et le racisme c’est mal, certes (et la guerre c’est méchant et le Sida ce n’est pas gentil), mais en terme d’offre politique raisonnable, on a quoi ? Macron Fillon et Hamon ? On parle de ces 3, là ? Wow. Ah ouais. Vend nous tellement du rêve.

“Peut-être cela ne servira-t-il à rien, peut-être est-il trop tard, peut-être que face à la pulsion suicidaire d’un peuple qui s’en va tête baissée affronter son terrible destin”

N’est décidément pas Malraux qui veut. Et définir le vote FN comme “suicidaire” est signe qu’on n’a décidément rien compris au film.

Alors moi je ne vais pas aller sur le terrain du “sentiment” et encore moins de la “morale”, mais sur celui bien plus intéressant et surtout plus efficace pour penser ces choses, celui de la politique. Parce que c’est la là grande confusion de cette crise de nerfs déguisée en tribune – mais Slate publie bien les hululements de l’idiot du village global Eric Le Boucher, c’est dire le niveau -, qui est de mélanger sentiments, morale, moralité, politique et gros doigt grondeur. Pas sages les électeurs, très très méchants. Vilains putrides que vous êtes. Arrêter d’être méchants sinon ! Sinon quoi ? Sinon rien. Ça fait maintenant des décennies qu’on leur agite un gros doigts sermonneur, aux électeurs FN, et rien n’y fait. Ça alors. Mais quelle surprise. En auraient-ils rien à foutre des sermons de dames patronnesses de la petite bourgeoisie qui commence vraiment à s’affoler parce que l’eau leur arrive à la taille sur le Titanic ? Une bonne partie de cet électorat vit depuis toujours dans les cales du rafiot et a de l’eau jusqu’aux narines. Ils prendront la première bouée qu’on leur tend. Même si celle ci est parfumée à la merde. Et même si celui – ou celle… – qui la leur tend exige en échange qu’on tape sur les pas blancs et qu’on serre la vis des libertés publiques. Quand on est en panique on ne pense pas à ces choses, ça s’appelle survivre. Et être dans l’urgence de la survie au quotidien en voyant tout partir en couille autour de soi, on en a rien à foutre de la “morale”.

En gros, en très très gros mais parfois il faut sacrifier la finesse pour être efficace : l’électorat FN se divise en deux parties. Le vrai socle réactionnaire français, raciste, xénophobe, les souchiens qui ne supportent rien d’autre qu’eux et ne changeront jamais. Ceux là on les connait, on les a cerné depuis longtemps, c’est une minorité mais très braillarde et qui n’entend rien à rien. Le traitement pour ceux là = la trique. La trique politique, intellectuelle, et médiatique également, c’est à dire arrêter de les inviter partout et tout le temps. Leur faire fermer leur gueule et que ces abrutis retournent à leur état naturel à savoir raser les murs. Et pour les plus excités, la trique pour de vrai. Y a que ça qui marche, y a que ça qu’ils comprennent. Ce sont des cons et seul le rapport de forces (au pluriel) les calmera.

Mais jamais le FN ne serait parvenu à ses scores actuels en ne comptant que sur eux. Il a donc bien fallu siphonner une vaste masse de gens pour ça et la mondialisation lui a offert sur un plateau un réservoir de désespérés et de perdus dans lequel puiser à larges mains. Quand l’usine de la région ferme, allez expliquer à ces gens que attention, voter FN ce n’est pas “moral”. Le mécanisme est connu : désigner ceux qui ont encore moins et surtout si ils sont bronzés pour promettre ensuite qu’on va tous les foutre dehors et qu’on va clore les frontières, et hop magie magie tout ira mieux et on sera fiers d’être entre nous. Et oui, il faut comprendre que ce discours puisse séduire et donner envie. La bouée, cf. au dessus.

L’électorat FN c’est l’alliance contre nature de classes antagonistes rassemblées dans la désignation de l’autre comme explication de tout ce qui va mal dans leurs vies. Comment sinon souder ensemble la bourgeoisie d’affaires et certaines des couches populaires les plus précarisées ou les plus désespérées vers un même objectif politique ? La xénophobie est ce ciment qui fait tenir ensemble ce mur qui nous fonce dessus. Filons la métaphore : la base de ce mur sont les classes populaires, sans elles il ne tient pas. Il ne s’agit donc pas de les remettre dans un “droit chemin” de petit bourgeois épouvanté, il s’agit de leur donner les moyens concrets de VIVRE. Vivre. Tout simplement.

Quant au racisme et à la xénophobie, vous voulez vraiment que sa propagation s’arrête ? Arrêtez de les inviter partout. Matin midi et soir, à la télé, à la radio, sur Internet, dans les journaux, des hurluberlus braillent à l’envahissement météquoïde. Depuis des années. Forcément au bout d’un moment ça tape dans les cerveaux.

Les sentiments et la morale tout le monde s’en carre. Si on veut contrecarrer le FN il faut arrêter, définitivement, de penser en ces termes, car justement : avec du sentiment et de la morale on ne pense pas. Et aussi paradoxal que cela puisse sembler comme affirmation, nous avons plus que jamais besoin de penser, de penser fort, et de penser vite. Très vite.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *