Artefact

Il faut revenir sur le phénomène Macron, qui je crois n’a pas de comparaison avec ce qui a précédé dans la politique française. Non pas que Emmanuel Macron possède quelque intérêt en soi, en tant qu’individu il n’en a strictement aucun, et nous verrons plus loin que c’est précisément ce qui explique une partie de son actuel succès.

Ma théorie en effet est que Macron n’existe pas. Il existe bien une entité biologique, vivante et agissante et qui occupe un volume dans l’espace et le temps, qui est dénommée Emmanuel Macron ; mais au final cette forme Macron n’a que peu d’importance. La forme qui nous intéresse, celle politique, n’est que vide, communication et marketing, et n’est entièrement qu’une construction de la banque et des médias. Peut-être pour le première fois un pur produit marketing vendu seulement par l’emballage va accéder aux plus hautes fonctions et on conviendra que c’est prodige. Et tellement logique avec l’époque.

Certes, il y a eu des précédents, ou en tout cas des similitudes, on a pas manqué de le comparer à Balladur, autre baudruche gonflée à l’hélium médiatique à l’époque, ou à Giscard, pour le côté dynamique et ancré dans sa modernité. Or, si il y a des points communs, assurément, ceux ci ne sont que de ressemblance. Balladur au moment de sa campagne présidentielle de 1995 avait déjà une longue carrière politique derrière lui, et avait été élu député. Giscard quant à lui s’était frotté au plus cruel réel, dans la Résistance en 1944 puis dans l’Armée de libération française dont il sortira décoré. Quoi qu’on pense de ces deux là, j’en pense pour ma part très peu de bien, politiquement parlant, ils ne sortaient certes pas de nulle part et avaient une densité de vécu incontestable. Rien de cela chez Macron. Parcours ultra classique de fils de bourgeois, jésuites, Louis Le Grand, ENA, inspection des finances, banque, un parcours de premier de la classe sans relief ni accident, lisse comme un galet. Pas de drame qui forge le caractère, pas de remise en question qui fait prendre conscience du tragique, pas trace d’une originalité de caractère ou de fantaisie : un simple et pur produit de la domination comme tant d’autres, moulé comme un petit suisse dans les écoles où le libéralisme est aussi évident que l’air qu’on respire.

Macron sait d’ailleurs qu’il a soigneusement intérêt à ne pas trop se frotter à d’autres réalités que ces cercles de réseaux et d’adorateurs transis : dès qu’il en sort pour aller à la rencontre de la populace, cela finit immanquablement en désastre. Jamais élu, n’ayant jamais pratiqué le terrain politique, il est une personnification de la poule devant un couteau quand il faut parler à d’autres gens que ceux de sa caste. D’où d’ailleurs la création de En Marche, sa scientologie à usage personnel, qui lui permet de rester bien au chaud dans un monde qu’il comprend, maîtrise et surtout : contrôle. Et ça aussi c’est parlant quant à l’époque : on peut monter une campagne politique à succès en 2017 en allant le moins possible au contact de la population et des électeurs et en déléguant sa propre représentation aux médias et aux réseaux sociaux.

Mais tout cela n’explique pas, pas complètement le mystère Macron : pourquoi ça marche aussi bien, Macron ? Comment un type sorti du néant politique risque t-il bel et bien d’être élu président e la République ? Son programme est d’un flou soigneusement entretenu – même si on sait déjà que ce n’est que le néolibéralisme habituel si on ose dire –, son discours est un galimatias technocratique qui fait plisser les yeux quand on cherche à en comprendre le sens, en lui même il n’a rien de spécialement flamboyant et pas une seule de ces idées n’indique un esprit de changement, de rupture, et encore moins de nouveauté. Donc, à la fin, pourquoi ?

Ça tient en un seul mot. Dépolitisation.

Le succès de Macron est le résultat direct de décennies de dépolitisation de la société française, de cette « politique de la dépolitisation » comme disait Bourdieu, qui a complètement asséché les esprits et a érodé tout esprit critique et tout référentiel collectif. La dépolitisation a crée du vide, et la nature politique a horreur du vide. Et Macron est le produit parfait pour remplir ce vide généralisé, puisque lui même est vide. Tellement vide qu’est là le cœur de son succès, tout le monde peut projeter sur lui ce qu’il espère et attend. Et cela, Macron le sait parfaitement et l’utilise à merveille, il sait que c’est son intérêt premier d’être le plus vide possible, puisque ce sont les autres qui vont remplir cette forme en y projetant leurs désirs et leurs espérances. Il plaît des libéraux les plus acharnés, jusqu’à des pans entiers du corps enseignant : des profs qui veulent voter Macron, on conviendra qu’il s’agit là d’une étrange nouvelle espèce. On peut se demander d’ailleurs la tête qu’ils feront quand la moitié de leurs congés sauteront et qu’ils seront mis en concurrence libre et non faussée avec leurs collègues. Mais voilà : Macron plait parce qu’il est vide. Et il sait qu’il est vide et ça ne lui pose absolument aucun problème. Même en cherchant dans la vie de l’individu Emmanuel Macron, on ne trouve trace de passions, d’élans, de quelque chose qui tranche, d’une faille, que sais-je. Il va à la plage en été, à la neige en hiver, il porte des costumes bleus parce que dans ses milieux les costumes doivent être bleus et si ils étaient fuchsia il porterait du fuchsia sur mesure. Mélenchon par exemple aime les livres à la passion, Fillon est passionné de sport automobile, Marine Le Pen fait de l’équitation, ces gens ont des passions qui les structurent et les font se sentir plus qu’eux mêmes, ça sert à ça les passions. Macron, rien. Ou plutôt si, il en a une : Emmanuel Macron est absolument passionné par Emmanuel Macron. Vide, ambitieux, et narcissique.

C’est en ce sens qu’Emmanuel Macron n’existe pas. Macron est un artefact au sens premier du terme, un phénomène crée de toutes pièces par des conditions expérimentales. La rencontre d’un élément de la bourgeoisie, du marketing, des médias et des intérêts de la bourgeoisie d’affaires. Macron plaît parce qu’à ce stade il ne symbolise même plus l’époque : il est l’époque. Il l’incarne dans une sorte de perfection.

Macron c’est comme un Iphone. C’est joli à l’oeil, plaisant au toucher, ça a piqué toutes les idées des autres, c’est un système complètement clos sur lui même, ça a toutes sortes de défauts pénibles et c’est défendu bec et ongles par des cohortes de fanatisés parce que ça leur apporte l’idée qu’ils aiment se faire d’eux mêmes.

Et comme un Iphone, ça va nous coûter très très cher.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Shares 379

2 Thoughts.

  1. Excellent. Oui j’aurais bien voulu apporter une contribution critique plus nourrie, mais malheureusement je trouve ce texte tout à fait excellent, tant au niveau du fond que sur la forme. J’ai même ricané comme la hyène de base à trois ou quatre reprise. Donc.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *