Reset

Ouin Ouin ouin. Ouin ouin ouin Janluk il est pas au deuxième tour. Je n’entends que ça depuis hier. Que le concerto des pleureuses de larmes et de grincements de dents. Et je vous avoue que ça commence sérieusement à me chauffer les oreilles.

En fait vous ne vous rendez pas compte. Ou vous avez des pertes de mémoire. Ou les deux ou peu importe. Vous avez oublié d’où on vient, chers amis chers camarades. De loin. De vraiment loin. J’ai désormais assez de bouteille pour un peu surplomber les choses et il va falloir faire zoom arrière pour mesurer le chemin parcouru à l’aune des résultats de dimanche. Et c’est pour ça que je peux vous affirmer que Mélenchon à 19 %, en ce moment, dans un pays de droite et dans un contexte d’attentats, c’est même pas inespéré. C’est miraculeux. Je me souviens fort bien que pour ma part il y a moins de 20 ans de cela on prononçait juste « anticapitalisme » on vous regardait l’air de se demander quelle maladie mentale vous aviez. Il y a quelques années de ça, quand je militais dans le trotskysme le plus échevelé, je me souviens fort bien qu’à chaque élection, quand on nous créditait de 4,9% on était fous comme des lapins en mode oh putain on va enfin pouvoir se faire rembourser des frais de campagne !! On vient de loin.

19 % oui ce n’était pas assez pour se qualifier pour un second tour, il n’empêche : il y a eu une voix dans cette campagne qui pour une fois n’avait pas que libéralisme et austérité à la bouche et cette voix a été entendu et comprise par le grand nombre. Aussi, ne nous faisons pas d’illusions, les gens : la France est un pays de droite. Un pays de vieux, de droite. Il était déjà extrêmement difficile de faire un score pareil dans ces conditions. Et déjà on peut parler certes pas, pour le moment, de victoire électorale mais bel et bien de victoire idéologiques. Victoires idéologiques par le terrain conquis dans les têtes, dans les esprits, qui préparent les victoires politiques. Et ne serait-ce que de ce point de vue, nous avons fait notre percée. Mieux encore, cette campagne a convaincus une partie du vote ouvrier égaré trop loin à droite de revenir dans son giron originel de gauche, c’est énorme ! Et nul doute que dans cette candidature de gauche, Le Pen serait encore beaucoup plus haut qu’elle ne l’est. Et l’extrême droite le sait très bien.

On ne peut plus nous voir comme quantité négligeable, on est dans la cour des grands désormais. On doit compter avec nous, c’est comme ça et pas autrement, et c’est pour ça qu’il faut envoyer le maximum de députés lors des prochaines législatives.

On doit compter avec nous, mais ce n’est pas grâce à tout le monde. Et bien que progressiste, je ne suis pas contre cette saine tradition d’après élections de régler certains comptes à coups de couteau dans les coins. Ces 19% on les doit à des électeurs et à ceux qui se sont bougés pour cette campagne. Mais on sait aussi à qui on ne les doit pas.

Ce n’est certainement pas grâce à toi, Benoit Hamon, qui s’est entêté dans une obstination ridicule pour te maintenir à une candidature inutile. Au moins tu auras eu le mérite d’entraîner le PS dans ta chute.

Ce n’est certainement pas grâce à toi, électeur entre guillemets « de gauche » de Macron, qui s’est réfugié dans les replis du consensus mou plutôt que de faire acte de courage. Tu as été faible, ce sont des choses qui arrivent. Il serait toutefois avisé de ne pas trop t’en vanter.

Ce n’est certainement pas grâce à toi, Philippe Poutou, qui n’a eu ses signatures que pour empêcher Mélenchon d’avoir le 1% qui aurait pu faire la différence.

Ce n’est certainement pas grâce à toi, théoricien de l’abstentionnisme, qui s’est mis à pleurer partout que tout est pourri et que rien te plaît d’abord et trépigner que puisque c’est comme ça j’irai pas voter non non non d’abord. L’abstentionnisme est un hochet d’enfant gâté pourri de la démocratie et à un moment il faut arrêter d’être des enfants.

Ce n’est certainement pas grâce à toi, anarchiste pour qui rien n’est jamais trop beau et pour qui le moindre progrès social est une trahison si ça ne débouche pas sur la Révolution.

Après, vous faites ce que vous voulez. On est en démocratie hein. C’est simplement que votre immaturité et votre pusillanimité ont empêché notre gauche de gagner. Pour ça, on ne vas pas vous oublier. Et on ne vas pas vous louper.

Concrètement, le compte à rebours a commencé, il a même commencé dimanche dernier à 20h01. On a 5 ans. 5 ans pour non seulement éviter le pire, mais pour une fois encore mieux que ça, construire le meilleur. En face on le sait ils ne nous lâcheront rien et ce sont les mêmes bourgeois qui scandaient à l’époque plutôt Hitler que le Front Populaire. Les 5 années à venir vont être l’urgence de notre temps, de notre génération, c’est à nous d’en faire le meilleur car je veux croire que le pire est évitable, et encore une fois que le meilleur est à notre portée. Il l’est. Presque. On a accompli un chemin énorme, on a encore un chemin à accomplir, je ne dis pas que ce sera facile, mais. Mais. On peut en ce moment dès maintenant construire à la fois l’Histoire majuscule et notre histoire commune à toutes et tous. On peut le faire. On peut y arriver. Le Parti socialiste n’est plus l’obstacle qu’il était, toutes les cartes sont rebattues. Nous n’allons pas « essayer » de faire, pour une fois nous allons faire, nous vaincrons. De toute façon, on a plus que ça à faire.

 

 

Shares 109

3 Thoughts.

  1. Je pense que Poutou a contribué à dégonfler le score de Le Pen, en la piétinant allègrement lors du débat à 11, sans piquer quoi que ce soit à Méluche (ceux qui ont voté Poutou dans le contexte actuel n’auraient jamais voté Méluche de toutes façons, trop de trucs qui leur font horreur, t’y peux rien et moi non plus). Peut-être même qu’il a contribué à renforcer le score de Méluche, on n’en sait rien. Contrairement à certain petit apparatchik du PS…

  2. Je ne suis pas optimiste pour les législatives ; si les électeurs se font avoir par le vote utile aux présidentielles je craint que le même scenario va se reproduire pour l’autre scrutin uninominal. Content quand même de voir que toute sensibilité de gauche n’a pas disparue dans ce pays. Ah, et, content de découvrir que tu n’as pas arrêté d’écrire 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *